SPUC  Foot Saint Pée : site officiel du club de foot de ST PEE SUR NIVELLE - footeo

Ou est la créativité ?

4 juillet 2018 - 13:33

En regardant la coupe du monde on peut se demander si jouer au football est si dangereux (bah ouais sinon les mecs joueraient). Première phase de poules ou l'on ne veut pas prendre trop de risques (d'ailleurs les allemands à découvert se sont faits piéger), ou l'on joue à ne pas perdre sans vraiment chercher à jouer pour gagner . Des 8èmes de finale ou seule la France a marqué un but en première mi-temps (sur un pénalty), alors on attend, mais on attend quoi ? La faute de l'autre, un coup de pied arrêté, un coaching de fin de match, un contre, la fin d'une partie pour se dire que gagner aux penalties c'est finalement pas si mal. Mais bon, on se tape des purges en faisant la Ola dans les stades ou l'on se pique un bon roupillon devant sa téloche en suivant des rencontres bien souvent insipides (merde ça fait 4 ans qu'on attend ça !)

Ce football de haut niveau ressemble de plus en plus à notre société, il est devenu linéaire, défensif, fermé, stéréotypé, mondialisé, calculé sur la base du résultat ou les joueurs doivent exécuter "the mission", ne pas perdre (t'as fait le job mec or good job guy). Que tristesa !

Prenons l'exemple de l'équipe du Brésil 1970, quel spectacle mes aïeux ! Tous les joueurs qui composaient cette sélection jouaient au Brésil. Le jeu ne pouvait être que brésilien (bah ouais patate!). Aujourd'hui bien souvent nous entendons " il est trop jeune" (le mec a juste moins de 25 balais). En 70 Carlos Alberto 25 ans, Jaïrzinho 25 ans, Rivelino 24 ans, Tostao 23 ans, Paulo Cesar 20 ans... Bref Pelé le vieillard de l'équipe avait 29 ans !

8 ans plus tard, les argentins (bah ouais les mecs jouaient tous en Argentine), le monde allait découvrir Kempes 24 ans, Bertoni 23 ans, Ardilès 26 ans (ouh le vioc !), Tarantini 22 ans, Passarella 25 (limite à la retraite machin)...

En 1982 en Espagne la France (les mecs jouaient en France sauf Didier Six) allait connaître un nouveau problème dans le football. Ouais nous avions trop de bons joueurs offensifs au milieu du terrain ! (oh vous y croyez ? trop de bons joueurs !) Pouvions-nous aligner autant de talents sans se soucier de défendre ? Platini-Giresse- Genghini-Tigana (ce dernier faisait 30km/match, un ancien facteur). Lors du premier match à Bilbao, les français allaient se faire laminer avec deux milieux défensifs ( Girard et Larios, adios les gars!). Ouais plus d'autres choix que de jouer plutôt que de refuser le jeu, c'est là que Monsieur Hidalgo allait lancer ce quatuor magique qui allait faire vibrer la planète football pendant des années.

Ne dit-on pas que la meilleure défense c'est l'attaque (ah bon ça ne se dit plus, alors on se trompe).

En 1986 au Mexique lors des quarts de finale le Brésil allait rencontrer la France pour ce qui restera peut-être à ce jour le dernier grand match mythique d'une coupe du monde ( à voir, à revoir, à rerevoir, à rererevoir....Bah alors qu'attendez vous pour prendre une leçon?). Mythique car pendant 120 minutes ça va d'un but à l'autre, il y a une dimension offensive intense, des talents extraordinaires, du jeu, du jeu, du jeu, du suspense, des rebondissements, une dimension tactique magnifique. Les mecs étaient les acteurs du jeu sous les caméras de réalisateurs qui laissaient tourner la bobine sans interrompre ces formidables joueurs, ces Seigneurs du jeu (Platini, Giresse, Tigana, Rocheteau, Socrates, Zico, Careca, Muller... FAN-TAS-TI-QUEEEEEEEE.

Depuis ? Bah depuis c'est le trou noir en dehors de France 98 car nous étions sous les feux de la rampe mais que s'est-il passé? (bah ouais c'était quoi l'attaque française ? Blanc-Desailly-Lizarazu-Thuram-Deschamps-Petit-Karembeu... 8 défensifs déjà avec le gardien). Depuis il s'est passé quoi? Pourriez vous me le dire ? L'auberge espagnole et ses passes à 10 ? L'homme de Tokyo avec Ronaldo? Rocco et ses frères et ses victoires aux penalties ? Les "Football" qui avaient une identité, le football brésilien, le football italien (catenaccio), le football français, le football anglais (coups de boules), le football allemand ( panzers)... Les grands artistes étaient des créateurs de jeux (notez le pluriel), des créateurs de plaisirs (notez le pluriel). Il y avait des vrais 8, des vrais 10 (ou sont-ils passés ceux là ?) des grands 9 et de véritables ailiers (des 7 et des 11 pour les brêles) pour vous mettre le feu à une défense. Sélectionneurs, laissez jouer les artistes (ouais y'en a encore), lâchez leur la grappe avec vos systèmes défensifs. Laissez Kilian, laissez Neymar, laissez Griezmann jouer librement pour créer. Ne les enfermer pas à droite ou à gauche, ne pensez pas qu'ils seraient de bon 9 alors que ce sont des créateurs. Imaginez la France avec Kanté, Fekir, Lemar, Griezmann au milieu, flanqués de Kilian en électron libre ? Y avez-vous déjà pensé ? Nous en rêvons tous, nous rêvons tous de jouer mais nous n'aurons jamais cette audace passée car la sécurité du résultat nous est plus importante que le jeu. Les brésiliens amorcent cette transition avec Neymar, Coutinho et Willian mais ils sont flanqués d'un Casemiro ou d'un Fernandinho pour se sécuriser. Arrêtez avec vos 9 "pivots" qui monopolisent 2 centraux et qui " laisseraient" l'espace aux autres en créant un point de fixation. Vous faites une fixation sur vos schémas tactiques qui nous ennuient (Giroud, Dzyuba, Costa;;;pour ne citer qu'eux).

Finalement, ce football se ressemble, tous ces joueurs se retrouvent formatés dans les clubs européens ou ils perdent leur identité d'origine qui faisait la force et la richesse du football international. Ce football, copié/collé du Handball dans la possession autour d'une surface et d'un pivot (ouais sans les buts qui vont avec) ou l'on attend la faute de l'autre qui joue à la passe à dix sans trouver de profondeur pour mieux le contrer.

Laissez vivre les solistes, laissez vivre les artistes, laissez vivre les fous qui pensent que le football est une science inexacte et expérimentale. Arrêtez de penser qu'une rencontre doit être prévue alors qu'elle ne le sera jamais, pensez plutôt à surprendre, pensez à créer, pensez à marquer, pensez à verticaliser, pensez à faire vivre ce ballon, pensez à tous ces espaces qui vous attendent, pensez à faire vivre tous ces joueurs qui ne demandent que cela... Entraîneurs, coaches, éducateurs, faites vivre le jeu, faites vivre les émotions, faites vivre les rebondissement, faites vivre le plaisir, faites vivre le Football en créant votre football, celui qui vit, celui qui rêve.

COACHONEROS

 

Commentaires

BOUTIQUE SPUC FOOT

COMMANDEZ VOS ARTICLES AVANT LE 30 MAI 2018

La journée 2 se termine dans

La journée 2 est terminée

20ème journée Ligue 1

Aperçu des matchs à pronostiquer

Reims
Lyon
Guingamp
Paris SG
Dijon
Nantes